Randonnée en Ardèche – Du haut de la colline de Saint-Désirat

Randonnée Saint-Désirat

En ce moment nos weekends sont tellement chargés que je saisis le moindre trou dans notre planning pour sortir s’aérer l’esprit. Nous avions envie de faire une randonnée, j’avais besoin de marcher, souffler, respirer le grand air. Malheureusement, nous n’avions pas beaucoup de temps devant nous… Alors, après plusieurs recherches, nous avons jeté notre dévolu sur une petite randonnée de 5 km, en deux heures avec quand même plus de 200 m de dénivelé positif. Bref, c’était parfait !

L’histoire de Saint-Désirat

Autant Saint-Désirat, je connais, autant je crois que je ne m’étais jamais aventurée plus loin que les caves de l’Alambic. Je vous vois déjà venir, je me contentais de bons breuvages liquoreux. Et bien NON ! Je vous arrête tout de suite ! La dernière fois que j’ai mis les pieds dans le Musée de l’Alambic, je devais avoir 12 ans ! Autant dire qu’à cette époque, je pensais plus au trampoline en activité pour les fêtes devant le bâtiment, qu’à lever le coude au comptoir. Bon, par contre maintenant… 😉

Tout ça pour dire que pour la première fois, je me suis rendue dans le centre de ce tout petit village. Il faut dire que le tour est vite fait, mais il est tout à fait mignon et charmant. C’est fou comme parfois nous pouvons passer à côté de jolies choses, à deux pas de chez nous.

[su_carousel source= »media: 1146″ limit= »1″ link= »image » height= »400″ items= »1″ scroll= »0″ arrows= »no » mousewheel= »no » autoplay= »0″ speed= »0″]

Il s’agit essentiellement d’un village à vocation agricole ancienne qui regorge de jolies vignes comme nous allons le voir en image plus bas. Mais, petite découverte, ce fut autrefois un village de potier et l’actuelle mairie se trouve sur l’emplacement de la dernière poterie ayant fermé ses portes en 1970.

La découverte des caves

En fait, nous n’allons pas véritablement dans les caves. Ce bâtiment se compose de 3 parties.

[su_carousel source= »media: 1147″ limit= »1″ link= »image » height= »400″ items= »1″ scroll= »0″ arrows= »no » mousewheel= »no » autoplay= »0″ speed= »0″]

Une partie musée qui nous permet de découvrir le charme et l’histoire d’un passé disparu : celui des bouilleurs ambulants. Mais qu’est-ce donc ? Tout simplement, cela désigne une personne habilitée à produire ses propres eaux-de-vie. Attention, il ne faut pas confondre avec le distillateur, qui est aujourd’hui l’activité principale de cette cave et qui est considéré comme une profession. La différence entre les deux réside donc dans l’utilisation même des termes, un bouilleur ambulant désigne simplement un statut qui découle du statut de propriétaire récoltant. Le terme distillateur est lui utilisé dans le monde industriel.

Bon, c’est bien joli tout ça, mais ils font quoi exactement ces bouilleurs ambulants (oui j’adore l’appellation, je la répéterai autant que possible !) ? Ils transforment les fruits (ou vin, cidre, poiré…) en alcool, grâce à l’alambic.
Aaah c’est donc ça l’origine de ce musée ?!
Et oui, tout à fait ! Le musée nous raconte les différents procédés de cette profession, le tout mis en scène comme à l’époque. Voyez plutôt !

© Musée de l’Alambic

© Musée de l’Alambic

© Musée de l’Alambic

© Musée de l’Alambic

© Musée de l’Alambic

© Musée de l’Alambic

© Musée de l’Alambic

Ce que j’ai pu les arpenter les différentes salles de ce musée ! C’était un peu l’attraction de l’année chez moi. Surtout que pour Noël et Halloween tout est décoré. Ambiance assurée. Alors, c’était une bonne façon de nous occuper, nous enfants. Sans compter les trampolines disponibles sur la place ! Un vrai régal, je n’ai que des souvenirs positifs de cet endroit que je conseille à tout le monde d’aller visiter. Enfants ou non.

Mais il y a également une partie industrielle qui nous permet d’avoir une vue sur la fabrication des liqueurs. Nous pouvons voir les machines tourner : l’atelier de distillation, la chaîne d’embouteillage, l’un des chais de vieillissement et tout le processus de fabrication grâce à un diaporama d’images numériques. La visite se fait au fur et à mesure du musée. Ce qui fait que nous avons à la fois l’ancien et le moderne. Maintenant que je suis un peu plus grande, j’avoue que cette partie m’intéresse plus que lorsque j’avais 12 ans ! C’est impressionnant tout le travail qui se cache derrière une liqueur.

© Musée de l’Alambic

© Musée de l’Alambic

© Musée de l’Alambic

Et enfin il y a la partie vente des produits ! Aaaah nous y voilà !
Alors oui, l’Alambic propose des dégustations gratuites tous les jours de l’année…mais outre les papilles, je vous assure que c’est également un vrai régal pour les yeux. Nous pouvons observer différentes liqueurs différentes : poire, pêche, marrons, cerises… sans compter les différentes whiskys et vins. Et le plus beau ce sont toutes ces couleurs mélangées, ces bouteilles aux formes biscornues et originales ! Encore une fois, ça vaut le coup de venir. Pour cette partie-là de l’Alambic également. Car, vous l’aurez compris, il est possible d’acheter directement les bouteilles sur place. Et hop ! Un cadeau original pour Noël !

© Musée de l’Alambic

© Musée de l’Alambic

Informations pratiques

Musée de l’Alambic
600, route de la Syrah
07340 Saint Désirat – Ardèche
www.jeangauthier.com

Durée de la visite : 60 à 90 minutes
Entrée libre et gratuite


En haut de la colline

Comme je vous le disais au début, c’est une petite randonnée, pas très difficile et surtout accessible à tous ! Du fait de son nombre de kilomètres : 5 km et son dénivelé : légèrement plus de 200 m. Mais c’est aussi un bon compromis pour passer un bon moment, faire un peu de sport et profiter d’une jolie vue. Le gros point positif de cette randonnée !

Le départ se fait sur le parking de la place centrale du village. De là, il faut se diriger vers l’église qui se trouvera par la suite sur votre gauche. C’est une jolie petite église de type romaine, toute en pierre avec beaucoup de charme. De vieilles photos du village de Saint-Désirat y sont affichées et ça nous donne une jolie idée du passé de ce bourg.

Passez votre chemin et continuez tout droit. Vous atteindrez alors une jolie croix blanche, elle marque le début de la randonnée. Laissez la  derrière vous et prenez la petite montée sur la droite. On commence enfin la partie sérieuse de cette randonnée 🙂
Entre nous, la montée est plutôt tranquille, nous traversons un joli sous-bois, mais nous voyons bien que le sentier est souvent emprunté. Ce n’est que plus tard que l’on comprendra la raison de ce sentier si bien marqué. Il y a en effet de nombreuses vignes et les viticulteurs doivent donc l’emprunter régulièrement s’ils veulent travailler.

Les couleurs de l’automne sont maintenant bien présentes et ça fait du bien de voir ces tons de rouge et de dorée.
Puis, nous arrivons enfin au point culminant de la randonnée, une vue totalement dégagée et de folie sur le Rhone et sa vallée.

Commence alors un petit jeu entre moi et moi-même (Guillaume n’étant pas originaire de la vallée, c’est un peu plus dur pour lui) ! Retrouver mon village de naissance, celui où j’ai grandi, ceux de mes amis, reconnaître les châteaux d’eau, les ponts (oui ça va loin !)…
On profite de la vue, la montée n’est pas spécialement épuisante, mais quand même. Ce genre de vue ce n’est pas tous les jours. D’autant plus que c’est également le point de départ de parapente. Malheureusement, personne ne partait quand nous y étions, mais ça doit être totalement grisant de s’envoler d’ici.

C’est déjà le moment de repartir (elle est peut-être un peu courte cette randonnée en fait !). Nous allons croiser plusieurs vignes qui donnent un charme fou aux paysages déjà présents. Les couleurs rouges, oranges, or sont harmonieuse le soleil et le ciel bleu qui nous suivent depuis le début.
La descente et le retour arrivent rapidement, d’abord sur un chemin, puis rapidement sur le goudron et nous nous retrouvons en face de l’église, directement.

Verdict ? Peut-être ne l’avez-vous pas deviné, mais on vous la recommande vivement cette randonnée !

4 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *