L’or de Ceylan
Les thés bios et éthiques du Sri Lanka

© L'Or de Ceylan
© L'Or de Ceylan

Il y a quelques semaines, j’ai été contacté par une marque de thé récemment implantée sur Lyon : l’Or de Ceylan. Ils souhaitent faire découvrir leurs thés d’origine biologique, mais également éthique et équitable. Leur ambition première était également et avant tout de redorer le nom des thés Ceylan qui sont bien trop souvent commercialisés avec une qualité inférieure et coupés avec d’autres thés moins bons. L’industrialisation, le marketing, l’envie de toujours vendre plus ont pris le dessus sur la qualité d’origine contrôlée.
Leur objectif est donc simple : faire redécouvrir le bon goût du thé Ceylan.

L’histoire de L’Or de Ceylan

C’est avant tout une histoire de famille ! Et c’est ce qui m’a le plus séduit dans leurs démarches.
Quand ils m’ont contacté, j’ai souhaité les rencontrer pour parler un peu plus avec eux de leur entreprise et voir ce que nous pourrions faire ensemble.
Ils cherchaient des amateurs de thés pour les faire découvrir à un public plus large. Ils étaient donc bien tombés avec moi ! Mais je suis avant tout curieuse et j’avais envie d’en savoir plus 🙂

© L’Or de Ceylan

© L’Or de Ceylan

Une histoire de famille

Irindu, la personne a l’origine de cette marque vient du Sri Lanka et y a vécu toute son enfance. Pour lui, boire du thé, c’est un peu une tradition. Une chose naturelle que l’on fait tous les jours. Sa grand-mère avait elle-même une petite exploitation. Depuis petit, il s’y rendait et avait l’occasion de voir les cueilleurs à l’œuvre. La réputation mondiale des thés Ceylan lui apparaissait alors compréhensible vu la quantité de travail requise pour une seule théière.

C’est en grandissant puis en s’expatriant en Angleterre et en France qu’il a pu comparer la qualité des thés. Il a alors compris combien il était privilégié d’avoir pu les goûter sur place.

L’or de Ceylan et ses valeurs

La qualité avant tout

Pour distribuer leurs thés, ils font appel à deux producteurs de thés qui sont directement sur place. Ce sont des exploitations familiales qui cultivent leur thé, selon des règles précisent et les récoltent toujours dans le bien-être des plantes. J’ai d’ailleurs appris en discutant avec Irindu que plus les thés sont cultivés en altitude, plus ils seront de meilleures qualités. Le goût change évidemment, mais cela implique également plus de travail physique pour les cueilleurs. Ces derniers ne sélectionnant que les jeunes feuilles pour une qualité du thé encore plus supérieure.

© L'Or de Ceylan
© L’Or de Ceylan

Et l’éthique plus important que jamais

L’Or de Ceylan met en avant la protection des hommes et de la nature. C’est pourquoi les champs sont biologiques et les thés conformes aux normes les plus strictes en matière d’éthique. Sans compter que les feuilles sont uniquement récoltées à la main. Le tout est directement acheté aux producteurs, sans passer par des grossistes ou autres intermédiaires. Les produits sont ensuite conditionnés et emballés sur place puis importés directement à Lyon.
Avec tout ces critères, on comprend mieux alors le prix de ce genre de thé.

Pour la petite anecdote et bien que je sois une grande consommatrice de thé aujourd’hui… je ne m’y suis mise que tardivement ! C’était il y a quelques années seulement, à peine cinq ans je dirais. Pourtant, j’ai toujours vu ma mère et ses amies en consommer énormément. Je me souviens petite les regarder avec envie. Essayer moi-même d’en boire. Puis, faire une moue dégoûtée tellement je n’aimais pas. J’avais cette impression de boire de l’eau sans vraiment de goût. Souvent, au cours de mon adolescence puis ma vie étudiante, j’ai réitéré l’expérience, en me disant « cette fois c’est la bonne ! ». Sans grand succès à chaque fois évidemment.

On m’a donné toute sorte de conseils : le faire infuser plus ou moins longtemps, rajouter une grande quantité de thé puis diminuer au fur et à mesure quand j’aurais accepté le goût. Mais bon, c’était un peu tricher et je n’en voyais pas réellement l’intérêt. Paradoxalement, c’est mon expatriation de sept mois en Irlande qui m’a fait aimer le thé. Tout simplement car, là-bas, ils le consomment beaucoup avec du lait. Ce fut la révélation. Et aujourd’hui je ne m’en passe plus ! C’est mon rituel du petit-déjeuner et j’aime en découvrir de nouveaux à chaque fois. 🙂

A la découverte des thés

On en revient au sujet même de l’article : les thés que j’ai pu goûter.
En allant faire un tour sur le site de l’Or de Ceylan, vous remarquerez qu’ils proposent à la vente de nombreux produits : thés en vrac, thés en sachets, thés grand crus, des infusions et même une épicerie exotique.

Ce que j’ai aimé de cette rencontre avec L’Or de Ceylan, c’est les petits conseils donnés pour chaque thé. Alors, il est vrai que maintenant et bien souvent il est indiqué sur les paquets le degré pour chauffer l’eau ainsi que le temps d’infusion des thés. Même si peu de personnes suivent les indications, il est pourtant vrai que cela change du tout au tout le goût. Dans certains salons de thé, votre tasse vous est, par exemple, donné avec des sabliers pour être sûr de ne pas louper le bon créneau et enlever son sachet.

Mais ici, en plus de toutes ces indications, on m’a aussi parlé de la quantité de thé à faire infuser. Le thé étant de grande qualité, seulement 2g par tasse suffit et donc une cuillère à café bombée pour une théière entière ! D’abord sceptique sur le coup, je me suis vite rendue compte de la vérité de ces informations. Il m’est arrivé à une ou deux reprises de trop faire infuser ma tasse et de me retrouver avec un thé âpre ou amer. Et oui, je vais devoir penser à investir dans des sabliers à thé moi aussi 😉

© L'Or de Ceylan
© L’Or de Ceylan

Du coup, pour tous les thés que je vais vous présenter ci-dessous, je vous recommande vivement de suivre les recommandations. Ou même d’y penser pour d’autres thés de qualité comme ceux-ci.
Allez, c’est parti pour un petit tour de quelques produits Ceylan.

Le thé blanc Silver Tips

Celui-là ce fut une surprise ! J’avais précisé à L’Or de Ceylan que je n’étais pas une grande fan du thé blanc que je trouvais trop fort. Alors qu’eux même me confirmaient que le thé blanc était au contraire considéré comme du thé très doux. Ils m’ont donc convaincu de retenter l’expérience et… suspens OUI j’ai aimé.

En effet, c’est un thé très doux. Je ne me souviens plus exactement du nom de ceux que j’avais goûté avant, mais peut-être avais-je tout simplement laissé trop infiltré.

Ce thé évoque d’ailleurs quelques notes fruitées de pêche et de poire. Je ne pense pas que je les aurais deviné sans le savoir, mais en effet en ayant cela en tête on les retrouve bien. C’est donc sans surprise que j’ai appris que c’est un thé récolté en haute altitude. Et si vous avez bien suivi, thé de haute altitude signifie thé de meilleures qualités. D’où sa classification de thé grand cru et rare.
A tester donc !

Conseils d’infusion
De 3 à 5 min à 75-80°C
Si vous n’avez pas de bouilloire à température réglable, ajoutez un tout petit peu d’eau froide sur le thé avant de verser l’eau bouillante.
Seulement 2g par tasse soit une cuillère à café pour une grande théière.
Thé blanc Silver Tips

Le thé orange épicée

C’est un de mes préférés! J’ai adoré son goût subtil, parfumé et fruité. Il est idéal à tout moment de la journée et j’ai pu le déguster aussi bien au petit-déjeuner qu’au 4 heures ou encore lors d’une envie de pause thé. L’odeur et le goût de l’orange ressorte véritablement et c’est ce qui m’a séduit.

Conseils d’infusion
De 3 à 4 min, à 70°C
Seulement 2g par tasse soit une cuillère à café pour une grande théière.

Le thé noir Chaï bio aux 6 épices – single garden

Bien que j’adore le thé noir et le thé Chaï, je n’ai pas été subjugué par celui-ci. Mais bon, tous les goûts sont dans la nature et je pense que c’est le mélange des 6 épices qui est trop fort pour moi.
On retrouve en effet de la cardamome, de la cannelle, du gingembre, de la vanille, du poivre et du girofle. Par contre, il se boit aussi en latte avec lait animal ou boisson végétale. Pour les plus audacieux, un peu de sirop de coco, du sucre ou du miel fait aussi très bien l’affaire.
D’ailleurs, c’est comme ça que je l’ai préféré, peut-être car alors, les goûts des épices sont moins prononcés pour moi.

Conseils d’infusion
De 4 à 6 min, à 100°C
Se boit seul, en latte (lait animal ou boisson végétale) ou avec du sirop de coco, du sucre, du miel.
Il se prépare également glacé pour les amateurs de thé froid,
Seulement 2g par tasse soit une cuillère à café pour une grande théière.
Thé Chaï bio aux 6 épices

Le thé vert Sencha – single garden

Je suis absolument fan des thés verts et celui-ci ne fait pas exception à la règle. Déjà c’est un sencha ! Il est un peu considéré comme le Roi des thés et c’est le plus connu et répandu chez nous. Il jouit également de nombreux effets bénéfiques sur la santé et moi j’adore tout simplement son goût très raffiné. C’est un thé dont le nom vient du Japon et j’avais du coup hâte de goûter celui-ci, Ceylan.
D’ailleurs pour l’anecdote et si on décompose le mot, sen veut dire « brasser, servir » quand cha veut dire tout simplement « thé ».

Sans surprise, je l’ai vraiment aimé. Il évoque avec plaisir les saveurs du Japon. C’est le genre de thé simple, mais raffiné qui se boit tout le temps. Je recommande vraiment.

Conseils d’infusion
De 3 à 5 min, à 70-80°C
Si vous n’avez pas de bouilloire à température réglable, ajoutez un tout petit peu d’eau froide sur le thé avant de verser l’eau bouillante.
Seulement 2g par tasse soit une cuillère à café pour une grande théière.
Thé Sencha Single Garden

Le thé noir Oolong

Un thé très original dont je ne connaissais pas du tout le goût. Je crois même que c’est la première fois que j’en goûtais un comme ça. Il a en effet un goût très boisé et évoque des arômes très intenses de châtaigne pour finir sur des notes fruitées.
Encore une fois c’est donc sans surprise que j’apprends qu’il est cultivé en très haute altitude dans la région d’Uva du Sri Lanka. Ce qui en fait un thé très haut de gamme.
Il se prépare également en thé glacé et j’ai hâte d’être cet été pour en apprécier toutes les subtilités à froid !

Conseils d’infusion
De 3 à 5 min, à 80-85°C
Si vous n’avez pas de bouilloire à température réglable, ajoutez un tout petit peu d’eau froide sur le thé avant de verser l’eau bouillante.
Il se prépare également glacé pour les amateurs de thé froid,
Seulement 2g par tasse soit une cuillère à café pour une grande théière.
Thé Oolong

Le beurre de coco

Bon, c’est l’instant confidence ! Je n’aime pas vraiment la noix de coco. Rien que l’odeur me donne des hauts le cœur. Depuis peu, je cuisine au lait de coco dans certains de mes plats et j’ai réussi à en apprécier le goût. Curieuse de nature, je me devais de recommencer l’expérience avec le beurre de coco. Je ne pense pas que je l’aurai fait dans d’autres circonstances.

On m’a d’ailleurs donné tout un tas de conseils le concernant. En effet, saviez-vous par exemple que le beurre de coco se durcit quand il fait froid ? Il faut donc soit le mélanger à la fourchette pour le rendre crémeux à nouveau, soit l’utiliser sur quelque chose de chaud ou tiède. Par exemple du pain grillé ! Mais il est apparemment et également délicieux sur un porridge, de la brioche, dans des crêpes, des smoothies… Bref, le choix est large et dépend de vos envies et préférences !

Pour ma part, je l’ai goûté sur un gâteau pépites de chocolat fait maison peu sucré. L’ajout du beurre de coco s’est bien marié. Le goût n’était pas trop fort et j’ai pu apprécier le tout. Sans en être pour autant fan ! Je l’utiliserais sûrement dans d’autres recettes pour voir.
Pour autant, cela reste mon appréciation personnelle et comme on dit, tous les goûts sont dans la nature alors n’hésitez pas à me faire changer d’avis avec vos mélanges les plus fous !

Le thé noir bio Tropical Sunrise

Du fait de ces épices, il a une saveur naturellement sucrée que l’on retrouve bien en bouche. Il est composé en effet d’éclats de cajou, de noix de coco et de vanille. Sans surprise, c’est donc un thé que j’ai aimé… mais sans plus. Encore une fois, cela reste mes goûts et Guillaume qui l’a testé également l’a lui validé. Ce sont des arômes qu’il apprécie donc, faites-vous votre propre avis.

Son nom est lui très poétique et il est souvent comparé à un paradis tropical du fait de ses arômes exotiques.

Conseils d’infusion
De 3 à 5 min, à 100°C
Seulement 2g par tasse soit une cuillère à café pour une grande théière.
Thé Tropical Sunrise

Infos pratiques

Pour des thés bios d’aussi bonne qualité, franchement je trouve les prix très abordables. On trouve sur leur site du thé en vrac ou en sachet entre 5 et 7€ ! Alors, si je vous ai donné envie avec mes quelques retours, n’hésitez pas à aller visiter leur site.

L’Or de Ceylan
contact@thesdeceylan.com
www.thesdeceylan.com
Livraison à domicile ou à récupérer sur place
Chez Kaova (3 Rue Jangot, Lyon 7), ou à L’Odyssée de Nima (1, Rue des Capucins, 69001 Lyon)

Tags from the story
, , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *