Les clins d’oeil de la Via Rhona

Si vous nous suivez sur Facebook (si ce n’est pas le cas, on vous invite à le faire 😉 ), vous savez que depuis quelques mois j’ai inauguré les clins d’œil ! Des anecdotes, des confidences, des galères de voyage ou au contraire de grandes joies. Bref, des petites histoires de voyage dans mes grands voyages que je prends plaisir à vous partager.

Aujourd’hui avec ce premier article, c’est sur le blog que j’inaugure les clins d’œil. Ceux de la Via Rhôna réalisée en juillet 2018 et sur laquelle trois articles sont déjà sortis.. Ça vous dit ?

 

Quand on traverse Châteauneuf-du-Pape sous 40°

Clin d'oeil via rhona RL

« Vous savez, il existe un truc vachement bien qu’ils ont inventés pour faire Lyon-Marseille… ça s’appelle le train ! »

Nous lance joyeusement et presque en étouffant un rire, l’employé du domaine qui nous a gentiment proposé à boire. Avec son comparse, ils ont un peu de mal à s’imaginer parcourir autant de kilomètres à vélo pendant leurs vacances. Ça les laisse perplexe, mais ils nous souhaitent tout de même bon courage après leur avoir promis que non, personne ne nous a forcé et que oui, ce sont bien des vacances. On les remercie d’ailleurs encore vivement pour l’eau qu’ils nous ont donné et qui nous a permis d’affronter le reste de cette journée caniculaire.

Sur la route d’Avignon

Clin d'oeil via rhona RL

On s’est perdus ! Encore ! On essaye comme on peut de retrouver notre chemin après avoir manqué de se faire écraser sur la départemental.
On traverse plusieurs camps avant de passer derrière une aire d’autoroute, nous obligeant à jouer des coudes pour recréer le chemin là où la nature a repris ses droits. Derrière moi, je sens Guillaume tout tendu et qui me demande à plusieurs reprises si je ne me suis pas trompée. Perplexe, je lui répète plusieurs fois moi aussi que non !
« Tu sais où on est passés ? – me demande-t-il après avoir retrouvé de vraies pistes cyclables ; dans des camps de gitans. Le genre d’endroits où si on vient te demander ton vélo et toutes tes affaires, tu acceptes sans broncher »
Choquée, je lui réponds qu’il en aurait été hors de question ! Qu’il y en a pour cher avec tout notre matos… et puis je réalise. Mi-perdue, mi-amusée de sa réaction.

Genou, caillou…

Clin d'oeil via rhona RL

Parfois on organise une aventure pendant des mois, on s’y prépare, on en rêve… et puis tout ne se passe pas comme on le voudrait.
Un genou en vrac et peut-être pas assez de préparation physique a bien failli nous faire abandonner notre traversée de la Via Rhona, au bout de seulement deux jours à pédaler.
Un gros coup de panique pour nous, un amer goût de déception. Mais c’était sans compter la persévérance de Guigui et les doigts magiques d’un ostéopathe trouvé par hasard sur Montélimar.

Continuer de croire en vos rêves, persévérez, donnez tout ce que vous avez et vous verrez comme ça vaut le coup !
Cette fois-là, on a réussi à aller au bout de notre objectif, de notre aventure, on a atteint la mer à vélo en partant de Lyon !

Un nuage de libellule

Clin d'oeil via rhona RL

On s’attendait à être attaqué par nombre de moustiques, à voir notre peau rougir, enfler…recouverte de boutons jusqu’à ne plus pouvoir les compter. Mais on ne s’attendait pas à rencontrer autant de… libellules.
C’est à seulement quelques kilomètres de Port Saint Louis du Rhône, quelques kilomètres de la mer que nous nous sommes retrouvés encerclés par des centaines de libellules. Des centaines oui : rouges, bleues, oranges, vertes… c’était beau, c’était impressionnant, complètement improbables.
Elles étaient énormes également ! Rien à voir avec celles que nous pouvons observer chez nous.

On apprendra plus tard que la Camargue élève des camps de libellules pour palier à l’invasion des moustiques l’été. Mais dans l’ignorance de l’instant, on a profité de cette beauté éphémère et impressionnante de la nature.

Rencontre entre petits et grands

Clin d'oeil via rhona RL

« A votre avis, pourquoi nous avons voulu faire ce voyage à vélo et non en voiture ? »
« Parce ce que vous êtes fous ! » Oscar, 11 ans.

Aaah les enfants et leur franchise ! On ne s’en lassera jamais. Sa folie, son honnêteté et aussi sa bêtise (soyons honnêtes jusqu’au bout) nous auront fait passer un moment de pur bonheur lors de notre journée jeux avec les enfants du camping d’Avignon.

Venu leur faire découvrir notre mode de voyage et des jeux sur l’environnement et les animaux, c’est eux au final qui nous auront donné une nouvelle vision du monde…faite d’humour !

Pour une paire de chaussette pendue

Clin d'oeil via rhona RL

Imaginez, vous rentrez d’une journée de balade en famille. Vous retrouvez votre campement et votre linge pendu le matin même. Jusque là tout va bien. Sauf qu’un détail vous interpelle : votre linge est pendu avec des pinces à linges. Or vous ne vous souvenez pas l’avoir pendu avec des pinces à linge puisque que vous n’en avez tout simplement pas emmené en voyage avec vous.
Étonnés, interloqués, suspicieux…mais en même temps de quoi ? Rien n’a été volé, on a même pris la peine de rependre votre linge qui apparemment est tombé à cause du vent, puis de l’accrocher avec des pinces pour qu’il tienne.
Vous ne savez plus trop quoi penser et on vous comprend.
Et puis coup de grâce, vos voisins de camp viennent adoucir les traits de vos visages tout contractés par la concentration et l’ahurissement (non je n’en rajoute pas du tout des tonnes)…ce sont eux vos anges gardiens des vêtements ! La bonté incarnée. La preuve que la gentillesse et l’entraide existent encore dans ce monde. Même pour un petit rien de ce genre.

Ça vaut bien un bon apéro pour les remercier et apprendre à se connaître non ?
Les meilleures rencontres naissent des plus beaux hasards et des plus petits gestes…

Se prendre pour une star à Port Saint Louis du Rhône

Clin d'oeil via rhona RL

Accueillis comme des rois à notre arrivée dans la ville, nous avons eu le droit à une visite de sa tour emblématique, mais également à une explication sur son histoire, son origine, son environnement… Les élus nous ont servi de guides, se démenant pour nous trouver un logement pour la nuit, allant jusqu’à nous proposer leur bout de jardin pour planter la tente. C’était vraiment une sensation à part.

Nous n’avions jamais vu autant de gentillesse que dans ces personnes. Le soir nous les avons même retrouvés pour partager un bout de soirée avec eux lors de leurs fameuses « Soirées au Docks » mises en place tout l’été : spectacle de rue, orchestre, stand de mets locaux en tous genres.
Puis le photographe est venu nous rejoindre, nous demandant de rejouer la scène de notre arrivée pour immortaliser le moment. Se prêtant au jeu, nous avons entrepris divers allers-retours, souriants, levant les bras en signe de victoire !
Avec du recul, ça paraît complètement fou, mais qu’est-ce que c’était drôle sur le moment et improbable ! Merci à eux de nous avoir permis de devenir des stars le temps de quelques heures.

Le paysan aux melons

Clin d'oeil via rhona RL

Un paysan, un champ de melon, un tracteur, une envie de parler, de partager…
Deux voyageurs de passage, deux vélos, une envie de découvrir…

Quelles plus belles rencontres que celles qui laissent le hasard œuvrer ?
On aurait pu ne pas entendre son appel, on aurait pu ne pas se retourner, on aurait pu ne pas avoir confiance et décider de continuer notre chemin vers la mer…
Mais on l’a entendu. Mais on s’est arrêté. Et on a échangé avec lui.
Un échange fait de melons, de souvenirs d’enfance, de travail passionné même à 70 ans, de vacances à 10km, de conseils pour pédaler plus vite, de sourires, de rires, de joies… d’instantanées et de spontanéité.
Mon cher paysan, tu resteras même encore aujourd’hui notre plus belle rencontre de voyage.

En vélo, mal aux fesses point tu n’auras !

Clin d'oeil via rhona RL

Vérité idéalisée, pur fantasme ou mensonge éhonté pour ne pas empêcher de partir en voyage à vélo ?
« Vous verrez, vous aurez mal aux fesses les 3 premiers jours. 4 maximums ! Et après ce sera la libération… »
Et…ce fut vrai ! Comme s’il y avait réellement un déclic du côté de notre derrière après 3 jours à pédaler. On a accueilli cette nouvelle comme une bénédiction ! ENFIN nous n’avions plus à nous dandiner et nous tortiller dans tous les sens, ni toutes les 10 secondes.. ENFIN on pouvait s’asseoir sur nos selles. La légende serait donc vraie ?! Passé 3-4 jours, notre fessier comprend que désormais une selle de vélo sera la nouvelle forme à adopter plutôt un bon coussin moelleux ? Nous en étions ravis !
Et on peut vous le confirmer, partez à vélo, vos fesses s’habitueront promis 😉

On a grand soif !

Clin d'oeil via rhona RL

Mais où trouver de l’eau facilement quand on voyage à vélo ? En France, en effet, ce n’est pas bien compliqué, les magasins, épiceries ou autres supermarchés font très bien l’affaire. On retrouve aussi en tête de liste les restaurants quand on y a mangé ou les habitants rencontrés sur le chemin. Un peu plus difficile, les communes qui laissent en libre accès une fontaine d’eau potable.

Mais, chez Regard Lointain, on a une dernière technique à vous proposer : les terrains de rugby !
Ooh loin de nous l’idée de rentrer par effraction dans les vestiaires. Visez plutôt ces tout petits terrains de rugby qui d’apparence ne paient pas de mine, mais qui sont pourtant géniaux !
Bien souvent un accès à l’eau potable est accessible… à l’extérieur du bâtiment ! On en a croisé plusieurs sur la route de la Via Rhona, il faut juste y penser.

Tags from the story
, , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *