Les blocs de Fontainebleau :
entre balade et escalade

Bloc fontainebleau escalade RL

Si comme moi vous n’êtes pas de grands connaisseurs de toutes les forêts présentes en France (en même temps qui l’est ?) ou si vous ne vous êtes jamais demandé ce qui pouvait bien se trouver autour de Paris… Alors je suis heureuse de vous faire découvrir ce petit coin vraiment sympathique à moins d’une heure de la capitale française !  Suivez-moi…

La forêt de Fontainebleau

Bloc fontainebleau escalade RL

Un peu de culture pour commencer ! Et oui, il faut bien remettre les choses dans son contexte.
Cette forêt je l’ai découverte grâce à une amie amoureuse des grands espaces comme moi et qui aime de temps en temps s’échapper de la ville. Cela faisait plusieurs temps qu’elle me mentionnait ce lieu très connu des parisiens et nous avons profité d’une de mes virées chez elle pour aller la découvrir, de plus près me concernant.

Tout ce que j’en savais alors c’est que la forêt de Fontainebleau est tout simplement immense. Une randonnée est même possible à la journée (nous en parlerons plus bas). Mais la particularité première de ce site ce sont ses blocs ! Forgés naturellement il y a des millions d’années grâce à la mer qui se trouvait alors sur les lieux. Cette dernière a laissé sur son passage de magnifiques architectures dans la roche toutes plus originales les unes que les autres, donnant ainsi envie aux férus d’escalade de tenter l’ascension. Depuis les blocs de Fontainebleau sont connus à l’internationnal et vous n’aurez aucun mal à entendre parler diverses langues lors de votre passage là-bas.

Mais après m’être rendue sur les lieux, j’ai eu envie d’en savoir un peu plus sur cette forêt, ces blocs et de vous les conter. Aidée par mon ami Google, je vais essayer de vous relater du mieux que je puisse ce que j’ai pu trouver.

Son histoire

La forêt de Fontainebleau fait partie de l’une des plus belles forêts de France. Elle portait autrefois le nom de forêt de Bière.

Instant culture

Je vais en décevoir peut-être quelques-uns, vous ne trouverez pas en ces lieux une quelconque recette mystique, il s’agit simplement d’un dérivé de bruyère. Néanmoins, cette plante fait partie de la recette de la bière traditionnelle écossaise : la Heather Ale. Elle y joue un rôle d’aromatisation et vient remplacer tout simplement le houblon.

Pour faire court, il y a environ 40 000 ans, des populations nomades se sont installés aux abords de la forêt et des traces de leur passage ont été de nombreuses fois découvertes : outils de pierre taillée, ossements d’animaux… C’était alors une forêt hostile et sauvage où l’homme ne pénétrait que rarement. Ce n’est que bien plus tard, vers l’an 1 000 que la forêt devint royale et exploité pour des besoins militaires ou de chasse.

Aujourd’hui, cette forêt et internationalement connue du fait entre autre de son passé artistique. Au 19ème siècle, elle inspira de nombreux artistes venus peindre, photographier ou s’inspirer pour leurs poèmes. Sa notoriété est alors montée en flèche !

De plus, d’après l’office de tourisme de Fontainebleau, « le tourisme de nature est né et s’est développé en France à partir de Fontainebleau et aujourd’hui sa forêt offre pas moins de 500 kms de sentiers balisés ». De nombreuses activités sont proposées d’ailleurs, autant atypique que franchement sympathique. Elles m’ont en tout cas donné l’eau à la bouche et si le coeur vous en dit, voici où vous renseigner.

Fontainebleau Tourisme
4 bis Place de la République
77300 Fontainebleau
01 60 74 99 99
www.fontainebleau-tourisme.com

Les rochers de Fontainebleau

Bloc fontainebleau escalade RL

Je vous le disais, nous devons ces curiosités de la nature grâce à la mer qui occupait la place de la forêt il y a 35 millions d’années. Elle y déposa des sédiments : un sable blanc, considérait comme l’un des plus purs du monde. Ce sable a formé les barres rocheuses appelées communément les grès de Fontainebleau. La particularité de ces rochers et de ce sable est qu’il a sculpté des formes surprenantes voire pittoresques qui font pour certains penser à des animaux. Il y en a même des très célèbres !

La roche éponge se trouve juste au nord de Fontainebleau.
Mais il est possible aussi de retrouver un éléphant à Larchant, une tortue et un diplodocus aux Trois Pignons, une autre tortue dans les gorges d’Apremont… A vous de laisser aller votre imagination.

D’ailleurs si vous êtes friands de ce genre de découverte, ce n’est pas la première fois que je suis confrontée, par hasard, à des lieux hors normes contenant des rochers aux aspérités originales avec un destin atypique. Je vous invite à démasquer les rochers de la Penha au nord du Portugal.

Les blocs d’escalade

Bloc fontainebleau escalade RL

Ahhhh on en vient enfin à mon sujet d’article. Celui qui m’a donné envie de vous en parler pour peut-être vous motiver à votre tour à essayer.

La grande particularité de ce site, c’est que les rochers sont de faible hauteur, ce qui fait qu’il n’y a pas besoin de cordage pour s’assurer. A la place, sont utilisés des tapies matelassés pour amortir les chutes, appelés « crashpad ». Dans les débuts, il est conseillé également d’être accompagné d’une ou deux personnes venues vous assurer pour réduire les risques. Après être montée, il faut ensuite redescendre en contournant la roche, la descente étant toujours plus facile et accessible que la montée.

Mais le plus intéressant dans ces blocs, c’est qu’il existe différent parcours en fonction des niveaux de difficultés qui sont indiqués par des flèches de différentes couleurs.

Chaque couleur représente d’ailleurs un niveau de difficulté :

  • Blanc épais : très facile,
  • Jaune : facile ou peu difficile,
  • Orange : assez difficile,
  • Bleu : difficile,
  • Rouge : très difficile,
  • Noir ou blanc fin : extrêmement difficile.

Conseils et ressenti

La forêt étant extrêmement grande, des secteurs d’escalade se répartissent un peu partout. Pour ma part j’ai essayé le spot de Roche aux Sabots dont le parking porte le même nom. Attention, comme il se trouve à l’entrée du parking, il est de ce fait très, très fréquenté. Il s’agit d’un endroit en sous-bois, à l’abri du soleil la plupart du temps. De nombreux blocs aux niveaux contrastés sont présents et cela offre ainsi de nombreuses possibilités.

Bloc fontainebleau escalade RL

Après, nous sommes allés dans un deuxième spot : le Cul de Chien. Une mer de sable entoure par ailleurs cet endroit. Ce qui vous fait un bon entraînement des cuisses avant l’escalade. Il est plus dégagé et plus en longueur. C’est ici que vous trouverez énormément de niveaux « faciles », ce qui est bien pour commencer. J’ai préféré ce spot tout simplement car les blocs n’étaient pas trop rapprochés et on se marchait moins dessus. Il est vrai aussi qu’il y avait moins de monde, ça aide.

Il existe d’autres coins plus ou moins connus comme le Bas-Cuvier, Les Gorges d'Apremont, Franchard Isatis, le 95.2 ou encore le Diplodocus. Avis aux amateurs et n’hésitez pas à faire un retour !

Bon, maintenant que je vous ai un peu présenté ces blocs. On va parler de ma propre expérience, parce qu’au final c’est pour ça aussi que j’ai fait l’article. 🙂

J’ai exclusivement réalisé pour ma part des montées jaunes ou oranges. Parfois, dans un excès de folie j’ai tenté des bleues. Et déjà en une après-midi, j’ai pu apprécier la diversité de ces blocs. Certaines sont quasiment lisse et les accroches dans la roche font moins d’un centimètre. D’après les conseils que l’on a pu me donner, c’est grâce à ces montées là qu’on apprend vraiment la technique de l’escalade : l’équilibre, le placement de sa force et surtout, surtout pousser sur ses pieds et pas seulement tiré avec ses mains, ce qui est beaucoup plus difficile.

Bloc fontainebleau escalade RL

C’était aussi assez amusant de voir que l’on retrouve parfois des prises comme on peut en voir dans les salles d’escalade : les poignées, les gros trous, les prises minuscules… Je me donnais parfois des challenges pour réussir des montées peut-être plus difficiles (pour mon niveau) et au final j’ai vraiment adoré cette après-midi.

L’escalade pour moi s’apparente vraiment à la liberté. Encore plus ici car aucune corde ne nous assure. J’ai cette sensation de voler, de défier la gravité quand j’escalade et c’est vraiment grisant.
Je peux comprendre que certaines personnes en aient peur à cause du vertige et de la hauteur. Mais franchement si vous avez envie d’essayer, je ne peux que vous le conseiller. On se sent léger, dans un autre monde : on est libre, on s’envole.

Randonnées

Je vous en parlais au tout début de l’article, il existe de nombreuses randonnées.

Celle dont on m’a parlé se nomme « Le circuit des 25 bosses » aussi nommé l’Everest de la forêt. C’est un circuit balisé rouge pour les randonneurs habitués. Elle a un dénivelé de 1 000 mètres environ. On me souffle d’ailleurs à l’oreille qu’il faut bien penser à s’hydrater, surtout en été.

J’ai découvert également une autre randonnée, « Les sentiers Denecourt » qui permet une jolie balade à la découverte de toutes les curiosités de la forêt.
Si vous avez parcouru l’une ou l’autre de ces randonnées, n’hésitez pas à m’en faire un retour ou à me donner vos conseils 🙂

Bloc fontainebleau escalade RL

Pour en savoir plus sur l'histoire de Fontainebleau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *