Ma belle Chicago, j’ai eu le plaisir de t’admirer à deux reprises et chaque fois ce fut une rencontre magique. Quand je t’ai vu pour la première fois, tu arrivais à point nommé. Après des débuts difficiles aux USA, cette escale à tes côtés a été libératrice et pleine d’espoir. Tu m’as redonné goût à ton pays et je suis contente de te compter parmi mes destinations favorites.

 

Entre espoir et initiative

ChicagoTu offres la possibilité, à de jeunes fous de se baigner dans le lac qui te longe. Même sur un coup de tête, même s’il fait nuit noire, même si c’est déjà la fin de l’été et même s’il pleut. Car c’est bien ce qu’il s’est passé cette nuit-là. On a foulé le sable à tes pieds, on s’est égarés dans tes rues, on a même perdu l’un des nôtres pour un temps. Ce fut une nuit folle, mais remplie de souvenirs et c’est avec plaisir que je me les remémore aujourd’hui, que j’ose enfin te les dévoiler.

Et je peux te dire que de t’admirer en pleine obscurité avec tous tes buildings qui scintillent, c’est un spectacle à ne pas louper et que je ne peux que conseiller à tout le monde. J’ai été chanceuse d’avoir une amie qui se trouvait en ton sein, me donnant ainsi la possibilité de te rencontrer. Chicago

C’est donc comme ça que je t’ai connu la première fois, de nuit, sur un coup de folie. Me laissant une sensation de joie immense et l’envie d’en savoir plus sur toi. Mais ce n’était qu’un au revoir, je savais qu’on allait se retrouver plus tard dans mon voyage pour que je puisse te découvrir plus amplement que simplement de nuit.

Entre émerveillement…

ChicagoEt c’est ce qu’il s’est passé, près de deux mois plus tard. Tu as plus que tenu tes promesses !
Tu m’as fait marcher pendant de longues heures, immense que tu es. Mes pieds s’en souviennent encore. Je t’en ai un peu voulu sur le coup, ce fut de longues journées de déambulations, mais cette sensation est vite passée, tu es tellement belle à visiter. Je regrette simplement de ne pas être restée plus longtemps pour en savoir plus sur toi.

Un peu folle, tu m’as fait participer à une manifestation, peut-être pas historique mais pleine de sens et très émouvante. Tu n’as pas pu élire le président ou du moins le parti auquel tu tenais alors tes jeunes se sont rebellés. Déambulant dans tes rues, bloquant tes routes, pleins de ressentiments et d’amertumes. Les passants les encourageaient, certaines personnes qui travaillaient encore se sont arrêtées quelques instants pour les féliciter… et tous ceux qui pleuraient, qui criaient, qui revendiquaient, qui chantaient, répété et amplifié par toute la foule… C’était une expérience vraiment inédite et pour le coup vraiment imprévue. Mais c’est ça la magie du voyage et je suis heureuse que tu me l’as rappelé.

…et découvertes

ChicagoIl parait que tu es la ville où sont apparus les buildings pour la première fois aux Etats-Unis et que l’on te surnomme la Capitale mondiale des gratte-ciel d’après la fondation d’architecture qui conte tes prouesses. Je ne suis pas allée à New-York encore, mais je te crois.

Je ne compte plus le nombre de buildings sous lesquels je suis tombée sous le charme, tu en as tellement ! Tous plus magnifiques les uns que les autres. Et avec une architecture tellement différente. Ainsi, on peut voir, rien qu’en regardant tes buildings, le défilement des années. Chacun reflète une certaine époque à laquelle tu as vécu, avec des fondations, une architecture, des couleurs bien spécifiques. Des plus anciennes en pierre, leur donnant du charme, aux plus récentes scintillantes de métal. Chaque tournant de rue est un régal pour les yeux. D’ailleurs, le lac Michigan qui se promène à tes pieds n’en rend que l’éblouissement meilleur.

Tu m’as permise également de m’évader quelques instants lors de mes promenades. Chicago
Me retrouver au Mexique dans le quartier Pielsen avec toutes ces inscriptions en espagnoles
Ou encore être entouré de joie dans le quartier Boystown, haut en couleurs et plein de fêtes.

Et que dire de cette impression d’escale estivale avec ce magnifique soleil que tu m’as proposé en ce jour d’automne assez frais. A cet instant, sur ton Navy Pier, j’avais encore plus l’impression d’être ailleurs, de profiter. Avec une vue imprenable sur ton centre-ville d’un côté et ton parc de l’autre, tout au bord de l’eau… j’en rêve encore.

Entre envie et réalité

ChicagoEt que dire de tes coucher de soleil ? Tous plus beaux les uns que les autres. Même caché derrière tes buildings, le soleil couchant ne te rend que plus belle. Te découvrant à chaque rue d’une façon différente.
Mais il est vrai qu’il vaut mieux alors t’admirer de loin et prendre un peu de recul pour enlacer toute ta grandeur. Le parc Montrose offre ainsi une vue exceptionnelle, allant du jaune au bleu foncé en passant par le rouge, le rose, le violet… il n’y a pas qu’une façon de t’admirer. Et cette nouvelle lune qui se reflète sur ton lac… me replongeant dans mes souvenirs de cette fois où je m’y suis baignée. Que dire à part que j’ai été charmé ?

J’imagine qu’à l’Est, là où tu loges il vaut mieux t’admirer tôt le matin. On a essayé, crois-moi, à plusieurs reprises. Mais tu nous as tellement épuisés durant nos contemplations de jours, que nous n’avons pas réussi à trouver le courage de se lever aux aurores le matin. Mais ce n’est pas grave, je ne t’en veux pas, ce sera pour une prochaine fois, je compte bien revenir te faire un petit coucou un de ces jours.

Commentaires

Commentaires