Pour continuer ma série de curiosités, je vous présente aujourd’hui un bloggeur voyageur qui a fait de son road trip un projet écologique et environnemental. Comment ? Allez, je vous emmène à coup de sacs poubelles pleins et bâtons sélecteur de déchets.

D’ailleurs, en guise d’interlude, j’ai découvert le blog de Landry tout à fait par hasard. Depuis de nombreux mois maintenant je suis de plus en plus touchée par l’environnement et l’empreinte écologique que nous pouvons laisser sur Terre. Je cherche à réduire ma consommation, la rendre locale, à recycler du mieux que je peux… et je suis maintenant persuadée que nous pouvons tous à petite échelle vivre sur la planète sans la détruire.

C’est comme ça que, du tri sélectif à la déchetterie, je suis tombée sur le blog d’ « Un voyage pour la planète ». Ce gentil bloggeur aux allures bobos, dans son van qui parcoure l’Europe afin de la nettoyer de tous les déchets générés par les Hommes… Il m’a tout d’abord interloquée. Puis complètement séduite. Et je suis maintenant totalement convertie à son projet. Et quel projet !

La création du produit

voyageplanete-logoLandry a toujours été marqué par l’environnement et l’écologie. C’était une évidence pour lui. Et de nombreux articles, autant sur son blog que sur les journaux du monde entier, relatent son ambition écologique. A mon tour de vous en faire un petit tour d’horizon malgré les milliards de questions que je meurs d’envie de lui poser.

Après une reprise d’études en ingénierie et deux ans au Canada, il travaille pour un grand groupe parisien et tente lors de ses travaux de toujours penser au résultat final de sa création. Autrement dit, réfléchir à la destruction du produit la plus écologique possible une fois la consommation terminée. Une ambition non partagée par son employeur qui pense plus rentabilité que bien-être et respect de l’environnement.

 

Le début d’un long projet…

peccIl décide alors de tout quitter pour partir voyager tout en cherchant à rendre son voyage à la fois agréable et utile. C’est décidé, il sera le nouveau Macgiver de la planète il va partir voyager avec une mission : celle de ramasser les déchets délaissés par les êtres humains pour redonner aux paysages leurs beautés initiales. Et quel meilleur sentiment que celui du travail bien fait permettant une vue extraordinaire que personne n’avait pu admirer depuis bien longtemps ?

Mais c’est qu’il n’a pas fait que ça non plus. Avant de partir explorer 25 000kms de déchets, il crée sa propre association écologique et collaborative PECC. Une association portée sur l’échange de nouvelles idées, la mise en place de nouveaux projets et le développement de nouveaux procédés au profit de notre Terre. D’ailleurs, si ça vous intéresse, vous pouvez prendre part vous aussi à l’association et développer une filiale dans votre commune.

 

La consommation énergique de son produit

Ni une, ni deux ; il rentre chez lui en Bretagne et continue de retaper son combi devenu aujourd’hui sa maison sur les routes d’Europe. Le combi, symbole du mouvement hippie qui consomme peu, facile à réparer en cas de pépin. Pas trop petit pour pouvoir y vivre et porter les poubelles, mais pas trop grand non plus pour permettre de bons déplacements.

« Il représente en quelque sorte les personnes proches de la Nature » Landry
Le voilà donc parti en août 2016 avec pour objectif 21 pays à nettoyer, des rencontres à l’infini et des milliards de souvenirs à jamais gravés. Car c’est bien ce qui fait la particularité de son voyage. La petite pépite qui rend son dur labeur incroyablement riche.

A chacun de ses nettoyages ou presque, les habitants viennent à sa rencontre pour le féliciter. Mais aussi pour lui poser des questions, interloquées ou simplement pour l’inviter chez eux le temps d’une soirée de partage.

voyageplanete-landry2

Et c’est le but de son parcours pour lequel il a défini trois missions :

  • écologique pour ramasser et trier les déchets,
  • d’information en livrant astuces et actions pour nous donner le goût d’agir à notre tour,
  • de découverte, que ce soit la nature elle-même dans différents pays, mais également comprendre et connaître ce qui se fait ailleurs pour pourquoi pas le faire à notre tour en France.

Je rajouterais personnellement une mission symbolique de partage. Car suivre ses aventures c’est être sensibilisé à la planète, c’est comprendre les enjeux de l’écologie, c’est avoir envie de changer les choses à notre tour, selon nos moyens.

 

Le rejet de son produit sur la planète

C’est que son voyage a eu des conséquences ! Et plutôt positives d’ailleurs. En 9 mois de voyage, de nombreuses personnes l’ont aidé financièrement, plus de 1 500 personnes le suivent sur Facebook, un chien a été sauvé en Grèce -le sien maintenant et de nombreux journaux autant web que papiers ont relayé son projet et ceci du monde entier !

Il a reçu énormément de soutien, de ses connaissances comme de personnes totalement inconnues.
Et puis surtout, n’oublions pas le plus important ; il a permis à de nombreux sites, à la nature elle-même de retrouver sa splendeur d’autrefois. En espérant que d’autres ne viendront pas jeter de nouveaux détritus derrière… ?

Plus qu’un simple projet, son voyage est devenu un message. Celui de ne plus jeter ses déchets sans réfléchir. De faire attention lorsque l’on se promène, de ne rien laisser traîner. En somme, de penser aux autres personnes qui veulent découvrir un endroit, un parc, une rue, un bout d’herbe sans pollution visuelle.

C’est à petite échelle certes, mais il faut un commencement à tout. A nous maintenant de relayer son voyage…

voyage pour la planete

C’est le genre d’excursion qui fait du bien. A travers ses photos, ses explications, le nombre de ses déchets ramassés…nous avons l’impression de contribuer nous aussi au bien-être de la planète. Avec un but et des résultats palpables. D’ailleurs, depuis que j’ai fait sa découverte numérique, j’essaie moi aussi de m’y mettre. Lors de mes randonnées, de mes sorties vélos voire de mes voyages avec Guillaume, j’emporte un sac et je ramasse les déchets que je rencontre pour les remettre à leur place : dans la poubelle. Ce n’est pas grand-chose mais c’est déjà mieux que de ne rien faire.

 

Vous souhaitez vous aussi contribuer au projet d’Un voyage pour la planète ? N’hésitez pas à vous rendre sur son blog et sa page Facebook. Vous pourrez l’aider financièrement ou simplement le suivre ses aventures et l’encourager à continuer. Il vous sera difficile de ne pas être admiratif. www.unvoyagepourlaplanete.com // www.facebook.com/unvoyagepourlaplanete/

Commentaires

Commentaires