Voici quelques petites anecdotes qui me sont arrivées ou que l’on m’a raconté, quelques particularités que j’ai pu remarquer lors de mon voyage ou encore quelques détails qui m’ont assez amusés pour que je vous les raconte aujourd’hui.
Même si les différences soint moindres, vivre aux Etats-Unis amène quelques nouveautés.
C’est parti 🙂 Attention, il y en a des plus utiles aux plus déconcertantes !

 

Dans les transports

Peut-être la catégorie la plus fournis ou en tout cas celle pour laquelle j’ai retrouvé le plus de changements par rapport à nous.

Quand on prend l’autoroute…

Spaghetti junctionAux Etats-Unis, sur l’autoroute, il est possible de doubler par la droite, alors que nous en France, nous râlons dès qu’une voiture reste coincée sur la bande du milieu… Là-bas au moins le problème est réglé.

Les Américains ont tellement l’habitude d’aller au travail seul (certaines familles ont même jusqu’à trois ou quatre voitures différentes pour seulement deux personnes), qu’une voie spéciale a été créé sur l’autoroute et les périphériques pour inciter au co-voiturage. Plus économique, plus écologique, plus un peu tout. Et c’est donc souvent que cette voie est libre et qu’elle permet aux rares qui la prennent d’aller plus vite tout en gagnant du temps. Il suffit au minimum d’être deux dans la voiture. Ce n’est pas bien compliqué pourtant ^^

Dans les rues américaines

NYCEn ville maintenant, quand on s’arrête à un feu, il est possible de tourner à droite même si le feu est rouge. Il suffit simplement de vérifier que personne n’arrive sur notre gauche et de faire attention. Pratique moi je dis ! Et logique aussi…

« Click it or tick it » ! En français cela pourrait donner « Attache-toi ou paye ». Et c’est une phrase anecdotique que les habitants aiment bien se dire lors de déplacements en voiture. Je l’ai trouvé jolie et amusante. C’est une remise à l’ordre déguisée et c’est le genre d’expression de la vie de tous les jours que j’aime découvrir.

Pour finir avec les déplacements en voiture, j’invite toute personne qui se promène dans les villes des USA à comprendre instantanément comment se déplacer et repérer les noms des rues. Car OUI, il y a une différence là-bas et je me suis perdue plusieurs fois à mes débuts aux Etats-Unis.

Prenons comme exemple cette photo ci. A première vue on dirait bien que la rue qui se trouve en face de nous est Hollywood… Mais en fait NON ! Le nom de la rue que vous voyez n’est pas celle qui se trouve devant vous, mais celle qui la traverse, c’est-à-dire sur votre droite ou votre gauche. Le nom de la rue d’en face se trouve parfois en tout petit sur le côté et il faut avoir le coup d’œil. Je pense sincèrement que plus d’un Français a dû se perdre au début.
Bon, j’exagère un peu, ce n’est pas si long que ça à comprendre, mais ça fait bizarre !

Enfin, je termine avec les bus et particulièrement ceux de Los Angeles. En effet, à partir du moment où un arrêt a été demandé, le nom n’est plus affiché. Ça a l’air de rien comme ça, mais quand on ne sait pas où l’on va c’est crucial surtout quand on ne comprend pas tout en anglais et que quand ils l’annoncent on n’arrive pas à savoir de quoi il parle. Et bien évidemment ce sont les habitués qui le font et qui n’attendent même pas que le nouvel arrêt s’affiche ! L’avantage c’est que ça force la concentration. Les touristes doivent avoir une jolie tête à froncer les sourcils pour essayer de comprendre ou à regarder de partout en mode perdu tiens ! Et les gens doivent bien se marrer aussi 😉

 

La vie locale

Après plusieurs semaines dans un même pays, on commence à comprendre les habitudes des locaux. Mais il y en a certaines qui m’étonnent encore ou pour lesquelles j’ai mis longtemps à m’habituer.

Géorgie mariagePrenons par exemple le repas du soir. En vivant directement avec des familles, j’ai découvert que le soir, ils mangent à 17h ! Et en hiver, comme la nuit se couche plus tôt cela peut même être 16h30 ! Oui, oui ! L’heure du goûter en somme pour nous.
J’ai bien essayé de m’y faire mais impossible ! Bien souvent je n’avais pas faim et je me forçais à manger. Sans compter qu’en 20 minutes c’est bouclé… Moi en tant que bonne française habituée au repas qui traîne, fais de franche rigolade et bien ça fait bizarre !
J’ai essayé de comprendre aussi. Et la seule explication valable pour moi c’est que les Américains ont pour habitude de manger sur le pouce à midi. En 10 minutes, un mini sandwich. Ce qui fait qu’ils peuvent être affamés quand ils rentrent du travail à 17h. Je n’ai pas d’autres explications^^

Les taxes

Ah les taxes américaines ! Autant éclairantes que frustrantes…
En effet, le prix annoncé sur n’importe quel produit que ce soit en magasin ou au restaurant, n’est pas celui que vous allez payer une fois en caisse ou au moment de l’addition. Les taxes ne sont tout simplement pas inclues dans le prix ! Et je me suis faite avoir plus d’une fois tellement je n’ai pas l’habitude. Bien souvent, quand je pensais acheter un produit à 2€, 5€ ou autre prix rond, je donnais ma pièce ou mon billet toute fière de moi et m’en allait gaiment. Jusqu’à ce qu’on me rappelle pour me dire qu’il manque 22 cts, 47 cts voire plus !
Alors autant ça permet de voir clairement de combien on se fait « arnaquer » au final, autant c’est facile à oublier et on est surpris à chaque fois en caisse.

Les pourboires

Los AngelesLà encore on se fait avoir quand on ne connait pas ! Les pourboires ne sont pas inclus dans les salaires des serveurs comme chez nous en France. Là-bas, ils ont simplement un salaire de base, qui entre nous n’est pas assez suffisant pour vivre, surtout lorsqu’on habite à NYC par exemple ! Certains travaillent même uniquement au pourboire, imaginez donc ! Du coup, ils comptent sur la générosité des clients et donner un pourboire est une habitude aux Etats-Unis alors que chez nous elle est exclusive. Donc, quand on n’est pas au courant de la chose, on se retrouve dans des situations burlesques ou désagréables, au choix. Soit le serveur va vous engueuler et attendre son pourboire, soit il va être de mauvais poil toute la soirée avec vous. Dans les deux cas, le ressenti est bizarre.

Ce qui fait que bien souvent, nous Français peu avide –et habitué- de pourboire même chez nous, une mauvaise réputation de radin nous colle à la peau. Mais comment pouvons-nous agir de la sorte si nous ne sommes pas au courant ? Il suffirait qu’on nous le dise et le problème est réglé ! Facile non ? J’ai été la première à réagir de la sorte. Mais en fait, quand on y réfléchi, je pense que si une serveuse essaierait de m’expliquer les pourboires américains au moment où je dois payer ma commande et bien je ne la croirai tout simplement pas ! Je penserai plutôt à une arnaque. Heureusement, lors de mes premières soirées, j’étais avec des habitués qui me l’ont dit. Et vous voilà averti de votre côté 😉

Mais ce n’est pas fini ! Car une fois qu’on est au courant de ces pratiques et bien on découvre qu’il y a un minimum de pourboire à donner. 20 % du prix de l’addition généralement et c’est tout à fait normal de sortir sa calculatrice alors. Ou bien de donner plus si on n’a pas envie de compter. Compliqué ces Américains…^^

L’immensité

Les Etats-Unis est un pays immense ! Je ne vous apprends rien. Ca équivaut presque à notre continent européen. Il est donc possible là-bas de rouler pendant 10h sans changer d’Etat et sans être dépaysé ! C’est comme traverser la France sauf que nous on change de nos habitudes au moins et parfois en à peine 1h. Là-bas non !
Du coup, c’est tout à fait normal pour un Américain de faire 1 à 2h de route pour aller à un repas ou sortir avec des amis ! Et dire que nous en France on se plaint dès qu’on doit faire 20 minutes pour se déplacer 😉

 

Les différences franco-américaines

Si seulement il n’y avait que ces petites différences de vies citées plus haut. Mais non ! Aux Etats-Unis on ne mesure pas tout de la même façon qu’en France. Notre poids, notre taille, les déplacements sont un défi au quotidien.

Les degrés se font en Fahrenheit et non en Celsius et quand on découvre que 30°F équivaut à 0°C, on comprend très vite qu’on va être perdu ! Car du coup, l’été il fait 90°F et l’hiver parfois 20 ou 40°. C’est la même chose en cuisine. 180°C, cuisson basique de tarte, atteint 350°F. J’étais toujours obligé d’avoir mon téléphone sous la main pour être sûr de ne pas me tromper.

Passons à notre corps en lui-même maintenant ! On se pèse en pounds et non en kilos et mes 55 kilos deviennent facilement 125 pounds et ça fait peur la première fois. On se mesure en pied et non en mètre. Ce qui nous fait un petit 5,5 pieds au lieu d’1 m 68.
Et les vêtements dans tout ça ? On ne change pas une équipe qui gagne, bien sûr que c’est différent ! Mes 39 de pointure deviennent un petit 7.5, mes habits en 36 sont entre 6 et 8.

Et quand on pense pouvoir s’en sortir un peu, on se souvient que là-bas ils ne se déplacent pas en kilomètres mais en mile ! 1 mile cela fait environ 1.6 km. On se fait donc souvent avoir et on se retrouve à marcher de très longues distances sans s’en rendre compte. Une fois, j’ai fait une randonnée de 12 miles, je me suis dit ça ne faisait pas beaucoup pour tout ce qu’on avait marché et puis j’ai réalisé qu’on atteignait alors les 19 km et ça fait moins rigoler tout de suite. L’avantage c’est qu’au moins on ne se limite pas au début et qu’on y va les yeux fermés^^

Et vous ? Vous avez remarqué d’autres choses lors de vos voyages là-bas ?

Commentaires

Commentaires