Mange, prie, aime avec son nom loufoque, mais malicieux promet découvertes et aventures. Pour l’anecdote, la première fois qu’on m’en a parlé je me suis dit « mangprième » ?! « Oui oui » et on m’a confirmé « Mange, prie, aime »… devant mon air septique et peut-être un peu abruti pour le coup. Autant vous dire que je ne faisais pas la maligne quand je l’ai enfin eu sous les yeux ! Moi qui m’étais imaginé des propos aborigènes, exotiques… Bon je n’étais pas à la rue, mais quand même.

Je l’ai donc relu dernièrement pour pouvoir vous en parler. C’est un peu LE livre de voyage, ou plutôt MON livre de voyage. Le premier qui m’a vraiment donné envie de partir à l’aventure, qui m’a fait comprendre qu’une autre vie était possible, qu’il était important de s’écouter avant tout…

Celui qui m’a donné envie de voyager.

Impression

Pour la deuxième fois ce livre m’a séduit et transporté. Je me suis même surprise à avoir oublié des passages que j’ai redécouverts avec malice.
Pour tout vous dire, au début je l’ai lu uniquement, car je savais que le livre parlerait de voyage. Et aussi pour la jolie couverture (#teamfaibledelacouverture). Mais en fait ce livre c’est bien plus que cela. Si vous aimez les livres de Gounelle alors vous serez tout autant enchanté. Ce livre amène une véritable prise de conscience de soi et de son existence. Il amène à réfléchir en même temps que le fait l’auteur durant son voyage. Et surtout à prendre des décisions qui sont peut-être dures, mais qui aident à notre bonheur.

 

L’histoire

Ce livre est construit un peu comme une autobiographie sauf que l’on suit la vie de la personne sur quelques années seulement. C’est l’histoire d’un voyage qui devient autant personnel que bonifiant. On pourrait nous même suivre ses traces qu’on ne vivrait pas les mêmes choses, même si les intentions sont identiques.
Dans le livre, Elizabeth Gilbert essaye de se remettre d’une fin de mariage mouvementée suivi d’une dépression en se plongeant corps et âme dans le voyage. Un voyage d’un an donc qui l’amènera à la découverte de trois pays. 3 pays avec chacun leurs spécialités et leur culture. 3 mots qui vont venir définir son séjour là-bas.

Manger en Italie

Prier en Inde

Aimer en Indonésie

Après ça tout est dit

 

Les thèmes abordés

La dure réalité du divorce

« Vous voulez connaître véritablement une personne ? Divorcez »
L’auteur nous livre sans réserve ni faux semblant le vécu de son divorce. La douleur de devoir faire du mal à la personne qui l’aime encore et qui en retour lui fait payer son geste. Double douleur.
La douleur de devoir accepter cette réalité qui ne lui convient plus et d’en mettre un terme. Et surtout la douleur de passer à l’action.
Ici on est du côté de la personne qui fait souffrir, mais qui pourtant souffre énormément de son côté également. J’ai trouvé le point de vue vraiment intéressant, car c’est un sujet peu traité et ici on se rend compte que dans la majorité des cas, les deux parties peuvent souffrir.

 

La découverte

Et oui ! Qui dit voyage dit découverte ! D’une nouvelle culture, d’une nouvelle langue, d’une nouvelle façon de faire… Voyager, c’est aller vers l’inconnu et pousser ses sens à se développer.
Étant d’une nature très curieuse j’ai été subjuguée par toutes ses découvertes. J’ai été jalouse de ne pas être à sa place. J’ai eu envie de partir voyager moi aussi dans ces 3 pays. Et surtout, j’ai voulu planifier un voyage avec les mêmes lettres de pays. Et puis…ce n’est pas moi en fait. Surement que je me rendrais dans ces pays un jour pour les visiter. Surement que je vais apprendre des choses et les adorer. Mais, là, maintenant, tout de suite, ce ne sont pas ces pays qui m’attirent le plus. Et c’est la force de ce livre, elle nous amène à découvrir qui on est vraiment et ce dont ON a envie de faire. En effet, avec la douceur de ses mots, la pertinence de ses phrases elle nous invite à le faire. Je ne saurais la remercier assez pour cela.

Deux ans ont duré entre la lecture de son livre et mon premier voyage. J’avais enfin sauté le pas !

 

L’importance de l’amour

L’amour ! Point culminant du livre, thème abordé à de nombreuses reprises peu importe le pays et à toutes les sauces. L’amour pour la gastronomie et l’amour pour la bonne bouffe. L’adoration de Dieu. L’amour de sa famille mais aussi celui éternel pour ses amis. L’amour batifolage et le vrai amour. Celui qui nous tombe dessus au moment où on ne s’en rend pas compte.
Rien que pour tous ces aspects, l’amour n’est pas traité de manière fluette et niaise… Au contraire, il est relayé sous toutes ses coutures et sous toutes ses formes. C’est une vraie force. On a vraiment l’impression d’être transporté dans ses pensées, ses intentions, ses envies… C’est aussi le bon côté d’avoir construit ce livre à la première personne, car ce n’est pas scénarisé, c’est la réalité. La sienne. Le vécu est alors plus intense pour nous.

« Les gens pensent qu’une âme sœur est leur association parfaite et tout le monde lui court après. En fait, l’âme sœur, la vraie, est un miroir, c’est la personne qui te montre tout ce qui t’entrave, qui t’amène à te contempler toi-même afin que tu puisses changer des choses dans ta vie. »

J’en suis convaincue. C’est le plus difficile, mais c’est aussi le plus élévateur et réel. Je le vis aujourd’hui.

 

Quelques mots sur l’auteur

Elizabeth GilbertElizabeth Gilbert est une auteure américaine qui vit à Philadelphie. Journaliste en premier lieu, elle écrit en parallèle plusieurs livres. Dont celui-ci qui a été remarqué et récompensé au National Book Award et au Hemingway Award. Il sortira même en film en 2010.
La même année, elle sortira « Mes alliances – histoire d’amour et de mariage » annoncée comme suite de ce best-seller.
Animée par la volonté que chacun peut faire ressortir le meilleur de soi-même et aller au bout de ses rêves elle a écrit en 2016 « Comme par magie ». Livre conseils pour aider quiconque à aller à la recherche de sa créativité et de son inspiration.

 

Elizabeth Gilbert MERCI