Il y a à peu près un an je créais mon blog ! Ou plutôt je le dévoilais au grand public. Je m’envolais pour un voyage de trois mois aux Etats-Unis avec une folle envie ! Celle de vous partager mon expérience, de rester en contact avec vous tous et de dévoiler mes meilleures aventures, mes conseils, mes découvertes dans le pays de l’Oncle Sam…

En un an il s’en est passé des choses ! Mais plutôt qu’une rétrospective pure et bête, je partage avec vous ces petites choses que j’aime faire en tant que blogueuse. Car c’est un monde à part… Beaucoup de travail, mais énormément de plaisir. Et même si aujourd’hui je tâtonne un peu sur la tournure et la personnalité que je veux donner à mon blog, une chose est sûre, je n’ai pas envie d’y mettre fin.

Il n’y a d’ailleurs pas de recette miracle quand on blogue. Mais je pense que c’est important de rester naturel et se montrer tel que l’on est. Le blog viendra avec. Le succès peut-être pas, mais est-ce le plus important ? Je blogue plus par plaisir. Même si des échanges, de la reconnaissance, des compliments font toujours plaisir, on ne va pas se mentir 😉

Voici donc mes cinq petits ingrédients qui m’enthousiasment à construire l’histoire de mon blog.
Certains étaient là depuis le début, d’autres sont arrivés en cours de route comme des personnages inattendus, mais attachants… Et l’histoire n’est pas finie, peut-être que d’autres vont arriver encore ?

 

Le but premier de mon blog – ou comment choisir la bonne intrigue

Deux passions, deux désirs m’ont poussé à créer Regard Lointain. La première tient en l’essence même d’un blog, quand la deuxième en découle invariablement. Peut-être l’aurez-vous deviné ; il s’agit bien évidemment de l’écriture et du voyage.

L’envie de partager mes voyages

J’ai attrapé le virus du voyage en 2014 après avoir longuement hésité à me lancer. Tout a commencé en Irlande (dont il faut encore que je vous parle…) et depuis je n’ai eu de cesse de rêver à mes prochains longs voyages. Alors que le calme plat s’est installé pendant presque deux ans en alternant petit voyage et vacances, tout s’est enchaîné fin 2016 et mes premiers pas en Amérique.
J’avais envie de vous parler du pays que j’allais visiter, de vous donner des nouvelles et d’être en contact avec ma vie restée en France.
Le partage !
Un si petit mot qui m’a permis de tous vous emmener avec moi de Los Angeles à New-York. Et heureusement que vous ne preniez pas de beaucoup de places dans mes bagages 😉 On peut dire merci la technologie !
Une fois rentrée, le choix était évident ! Je n’avais pas fini de tout vous raconter sur les Nord-Américains et leurs péripéties, mais en plus j’avais pris goût à ça. C’était décidé, ce blog il allait durer, pour vous raconter en plus ces petits voyages du quotidien qui forgent le caractère.

RL_appareil_photo

Quand j’ai redécouvert le goût d’écrire

Je vais vous faire une confidence. J’ai toujours aimé écrire, j’écrivais d’ailleurs beaucoup petite avant que d’autres passions viennent prendre le dessus –les joies de l’adolescence !
Mais pour partager avec vous tous ces voyages, le choix le plus évident à bien évidemment été un blog.
L’écriture c’était donc une évidence. Et je prends plaisir à innover dans mes articles. A leur donner une apparence plus sentimentale ou au contraire plus scénarisée. J’aime changer les styles tout en restant sincère. Je fais gaffe à la tournure de mes phrases, je relis encore et toujours, je corrige, je réajuste. J’en passe des heures rien que pour être sûr de ce que je vous raconte et comment je le fais. Mais c’est un travail très agréable et j’apprends tous les jours.

 

Ma façon de voyager – ou l’apparition d’un élément modificateur

Certes je voulais vous parler voyage. Mais il y a autant de façon de voyager que de choix de pays, c’est dire !
Non je voulais vous parler de MA façon de voyager. Elle n’est pas forcément unique, bien d’autres l’ont fait avant moi et bien d’autres le feront encore après. Il s’agit simplement de la façon qui me correspond. Après tout, je ne vais pas vous parler de ces personnes parties voyager sans bagages ou de ces deux gars qui voyagent tout nus sans parler des autostoppeurs voyageurs. Ce sont des expériences que je n’ai pas réalisées, je n’en suis donc pas légitime. Mais peut-être que ça viendra un jour ! Je suis de ceux qui pensent qu’une vie est bien trop courte pour ne rien faire et qu’il faut goûter au contraire dépasser ses propres limites, sortir de sa zone de confort…

Ainsi, depuis que je blogue, je prends plaisir à partager avec vous ces choses que l’on peut tenter facilement et qui nous font un bien fou. Partir travailler avec une famille inconnue, plonger dans un lac en pleine nuit et en plein mois d’octobre (frisson garanti !), apprendre à traire une chèvre (chose qui, je le concède, est le quotidien de bien des personnes, même en France), s’essayer à la randonnée, partir sur un coup de tête…. La liste est longue et j’en ai encore bien d’autres.
On l’oublie parfois trop souvent, mais le plus dur reste le premier pas. Une fois lancée, on ne peut plus s’arrêter.

Ces petits défis personnels ont remis en cause ma passion du voyage. Ils m’ont donné l’occasion de vivre des événements inattendus, de faire des découvertes, des rencontres… Ils me donnent aujourd’hui envie d’essayer des manières alternatives pour voyager.

Les découvertes et les rencontres – ou l’art de choisir les bonnes péripéties et les bons personnages

Quand bloguer permet de faire des rencontres…

S’il y a bien une chose à laquelle je ne m’attendais pas, c’est bien celle-ci ! Autant j’ai toujours adoré lire les commentaires sous les articles qui m’ont appris énormément de choses. Autant je n’ai jamais eu envie/osé y prendre part.
L’avènement de mon blog et ma présence sur les réseaux sociaux ont changé la donne. Non seulement j’ose poster des commentaires sur les blogs et articles des autres, mais en plus j’y prends plaisir. Ce n’est pas un simple partage de noms ou une envie de me faire connaître. Non vraiment, c’est comme se faire de nouveaux amis. Ce sont des personnes dont j’attends avec impatience leurs prochaines aventures, dont je requiers des nouvelles, chez qui je reviens souvent (enfin sur leur blog 😉 ) et avec qui j’aime échanger.
Cela concerne des blogueurs que je suis, mais également des personnes qui ont échangé via mon blog. Des connaissances que je n’aurai jamais pu rencontrer autrement.

…mais également de s’essayer à de nouvelles choses

Et pour continuer sur la lancée de ses nouveaux amours qui m’étonnent moi-même, il faut que je vous parle des réseaux sociaux. Autant Facebook je connaissais. Tant pour l’avoir étudié en cours que pour l’avoir exploré maintes et maintes fois dans ma vie personnelle ou professionnelle, autant Twitter, Instagram et compagnie je n’avais jamais osé tremper ma patte dans ce grain bain. Et pourtant j’ai fait le grand saut et aujourd’hui j’y replonge avec plaisir.
Instagram ne fut pas bien difficile à conquérir. J’aime la photo (une autre de mes passions…il y en a beaucoup trop décidément) et c’est un réel plaisir de vous partager mes clichés.
Par contre, Twitter, ce fut le gros choc de l’année. Je n’avais jamais rien trop compris à ces gazouillements… Et la possibilité de m’exprimer en 140 caractères, moi qui aime tant les romans, me fut plutôt étrange. Je m’y suis mise plus avec l’ambition de me lancer un défi (et oui encore 😉 ) telle une scientifique venue appréhender le monde de l’oiseau bleu. Depuis, je tweet, je RT, je follow et je découvre avec engouement ces petits messages que j’ai appris à dompter.

L’événement équilibrant – ou le luxe de choisir ma propre ligne éditoriale

S’il y a bien une chose par contre que j’aime faire depuis que je blogue, c’est notamment d’avoir le choix de ne plus bloguer de temps en temps. Incohérent ?! Non pas tellement. J’ai la chance de ne pas être accro à la technologie, à internet et donc à mon blog. Quand je pars en vacances, le plus souvent je déconnecte ! Une fois je suis partie en weekend randonnée pendant trois jours sans aucun réseau, j’ai eu l’impression d’avoir pu profiter de trois semaines de détente et de ressourcement. Un vrai bonheur.
Alors, le plus souvent, je m’applique à ne pas donner toute ma vie à mon blog. Et puis, au fond, est-ce que ça va changer grand-chose de savoir ce que je fais à l’instant T ou la surprise ne sera-t-elle pas autant immense en la découvrant quelques jours plus tard ?
Je décide de ce que je fais, quand je veux, sans avoir le besoin de vous en informer à la seconde. Je préfère en effet profiter de l’instant présent et vivre pleinement le moment… On n’a qu’une vie après tout. Le plus important c’est de vous donner envie d’en faire autant. De partir voyager, de tenter ce nouveau pays, cette nouvelle activité… Alors, tout de suite ou plus tard, il n’y a pas d’importance pour moi.

Le dénouement de l’histoire – ou l’ouverture aux autres

Conséquence surement logique, mais qui fait tout même énormément plaisir : les retours que vous me donnez. Que ce soit par vos commentaires, vos questionnements, vos partages, vos ressentis, vos propositions d’améliorations (n’hésitez pas ; ) )tout cela est à chaque fois une étincelle de joie. Avec ce blog, j’ai pu partager mes aventures avec des personnes plus ou moins proches qui n’auraient peut-être jamais eu vent de ma façon de voyager et qui m’ont donné en retour de nombreuses réactions. Des personnes à qui je n’aurais peut-être pas parlé de tout ça.

Je suis heureuse dès qu’un nouveau commentaire apparaît, toute émue devant vos compliments et peut-être encore plus quand vous me décrivez l’émotion que vous avez ressenti et que je cherchais justement à vous procurer.

 

Cet article est écrit dans le cadre de ma participation au thème du mois d’avril sur le groupe l’Envers du décor : L’Envers du décor est un rendez-vous d’écriture entre blogueuses et blogueurs qui a été ouvert en avril 2016 par Virginie du blog Sur un petit nuage.
Le but est de faire découvrir les coulisses de nos blogs à nos lecteurs (notre organisation, nos méthodes, nos astuces, nos bazars, notre vie de blogueuse – blogueur …) En écrivant chaque mois sur un sujet préalablement voté par les membres du groupe Facebook.